Navigation

Accueil
Articles
Archives
Banquets
Radicalisme
Bulletin d'adhésion

Lettre d'informations du Cercle

Je souhaite recevoir
la Lettre d'informations du
Cercle MENDÈS FRANCE


Je ne souhaite plus recevoir
la Lettre d'informations du
Cercle MENDÈS FRANCE


Pour vous abonner ou désabonner, cliquer sur le lien de votre choix et envoyer votre message sans texte.

Sujets des Articles

Recherche

 Citations : Citations de Pierre MENDÈS FRANCE.
        Posted by benoit on 11/1/2003 10:07:30 (2245 reads)


* A la longue, inexorablement, comme le fleuve va à la mer, malgré les détours et les méandres, la vérité, l'égalité, la générosité ont eu et auront le dernier mot.

* La démocratie, c'est beaucoup plus que la pratique des élections et le gouvernement de la majorité: c'est un type de moeurs, de vertu, de scrupules, de sens civique, de respect de l'adversaire, c'est un code moral.

* Le propre de la démocratie est d'être volontaire, elle est d'abord un état d'esprit.

* Parce qu'elle dépend essentiellement de la volonté des citoyens, parce qu'elle suppose un effort permanent, la démocratie n'est jamais acquise.

* Toute politique n'est pas sale. Toute action n'est pas vaine.

* Le devoir d'un responsable ne consiste pas à louvoyer, à ménager sans cesse les uns et les autres, en sacrifiant ainsi l'intérêt de la collectivité tout entière. Il exige des choix, des déterminations claires, avec la volonté de s'y tenir, dans l'opposition comme au pouvoir. Ainsi seulement mûrissent les réformes qui commandent l'avenir, vers les progrès et la justice. " Je ne crois pas, comme certains, qu'il faut savoir mentir au peuple ou biaiser avec lui, car c'est lui qui en supportera les conséquences. J'exclus les concessions qui subordonnent les considérations générales et permanentes à celles qui restent particulières et éphémères...


* Le salut exige que le régime républicain soit fondé sur les relations étroites qui seules permettent la franchise réciproque la plus complète ; celle du gouvernement qui explique sa politique, jour après jour, qui ne biaise pas, qui ne dissimule pas et qui n'hésite pas à faire fond sur le bon sens, le courage et la foi du pays ; celle du Parlement qui exprime fidèlement la volonté populaire et la fait respecter et celle du pays tout entier qui doit choisir son destin en pleine connaissance de cause pour l'accomplir d'une volonté affermie.

* La France peut supporter la vérité (...). Certains redoutent qu'un langage loyal et ferme sur la situation présente n'entraîne le découragement. C'est qu'ils n'ont pas foi dans la volonté et dans l'aptitude de la Nation à se redresser. Pour eux, la France, épuisée physiquement et nerveusement, est incapable de supporter la vérité.

* Je ne me dissimule pas et je ne vous dissimule pas la difficulté de réaliser des réformes. Ce n'est pas un hasard si, dans l'histoire, les réformes ont toujours été si difficiles que d'aucuns estiment qu'il faut une révolution pour y parvenir. Ce n'est pas mon sentiment. Un pays démocrate où la majorité doit avoir la prépondérance peut réaliser pacifiquement et dans l'ordre ce qui est dans l'intérêt du plus grand nombre, dans l'intérêt de la Nation.

* Pour arriver à la paix, il faut encore surmonter de grands obstacles dont certains étaient d'ailleurs prévisibles et inévitables : ce sont les intérêts contradictoires des nations.. (?) même si l'on est d'accord sur les principes, comme nous le sommes dans une large mesure aujourd'hui, il reste une marge importante à franchir pour se retrouver sur les modalités pratiques, sur les conditions et sur les délais de réalisation. Et pour se rejoindre alors, ce n'est pas seulement un désir de paix qu'il faut avoir mais une volonté active, constante, exigeante, (...) d'imposer la paix contre les obstacles qui se trouvent encore sur son chemin. C'est dans les prochaines heures que nous verrons si une telle volonté existe partout. (...) A ce sujet je voudrais nommer l'ennemi, le plus grand ennemi que je combats depuis toujours. Il s'appelle : la méfiance . (...) Nous n'avons pas le droit de nous résigner, de renoncer à nous comprendre ou même simplement à nous parler.

* Ces rencontres, ne croyez pas que je les aie jamais considérées comme des communications à sens unique, comme des monologues où vous vous borneriez à m'écouter. Vos voix, vos opinions me parviennent de façon continue. Chaque jour je reçois de nombreuses lettres qui émanent d'hommes et de femmes que je ne connais pas, mais qui veulent me répondre, qui estiment à juste titre avoir le droit de dire au gouvernement ce qu'ils pensent et d'attirer mon attention sur les problèmes qui les préoccupent. Certains approuvent et encouragent. D'autres critiquent et blâment. Tout ce qu'ils m'écrivent m'est utile.

* Un homme politique peut laisser se distendre, s'amenuiser les relations et les dialogues affectueux entre lui et ceux qu'il représente : il restera peut-être député, ministre, voire président du Conseil, mais quelle que soit l'ampleur de sa tâche et de ses responsabilités, il ne pourra rien réunir s'il n'a pas derrière lui (...) l'immense volonté, l'immense attachement et la confiance du pays. (...) Ce gouvernement doit être le leur, ce gouvernement doit être près d'eux, précisément parce qu'ils ont trop souffert dans le passé et que leur condition reste la plus difficile : notre volonté est de leur faire sentir qu'un gouvernement républicain, qu'un gouvernement de justice doit avant tout se pencher sur le sort de ceux qui ont le plus besoin de la solidarité et de l'affection de la nation tout entière...

* Nous nous réconcilierons avec l'Allemagne sans nous séparer de l'Angleterre.

* France et Allemagne ont besoin l'une de l'autre.

Bientôt d'autres citations dont la frappe est en cours ...

 
 Liens relatifs
· Lire plus dans le sujet Citations
· Article par benoit


Article le plus lu dans le sujet Citations
Citations de Pierre MENDÈS FRANCE.

Dernier article dans le sujet Citations
Citations de Pierre MENDÈS FRANCE.
Format imprimable  Envoyer cet article à un ami

Site réalisé sur XOOPS 1.0 RC 3.0.4 © 2002